03/06/2010

Tout est permis!

Dans notre beau pays, tout est permis. On peut mendier avec des enfants, violer et dire "oh désolé mais je souffre de sexomnie" et être acquitté, être mis en faillite, tout perdre et s'entendre dire "mais vous n'aviez pas de raison d'être mis en faillite... mais ça ne fait rien vous serez excusé!!", subir du harcèlement et voir ses plaintes classées sans suite car le harceleur a des copains bien placés ( à mon sens ça s'appelle des complices!, recevoir un pv pour mauvais stationnement pour des plaques radiées depuis dix ans!, ...

La liste est longue. Je ne vois que ça dans les actualités. Une justice dénuée de bon sens. Une justice qui continue à blesser davantage la (ou les) victime(s) et qui trouve des excuses aux coupables. Laisser une chance, nommer les droits de l'homme, se retrancher derrière des fautes d'instruction, derrière une prescription!!!

Comment est-ce possible? Et si la victime se venge, elle aura les mêmes droits? Son agresseur ne les pas respectés en tout cas lui au moment des faits! Les lois sont elles votées par des hommes qui pensent devoir les utiliser un jour? On se protège??

Oui, bon, je sais je frise l'hystérie et je crie fort. Mais j'en ai assez de lire des faits révoltants, dénués de bon sens, de voir l'injustice s'installer, ... y'a de quoi devenir agressif!

09:32 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/06/2010

Annick ou maman tout simplement!

Aaaaaaaaaaaah quel choc! Vite les sels, je me sens défaillir!! Il faut croire que je ne suis pas préparée à cela. Déja quand nous avons fait les boutiques, pour suivre sa croissance, éviter qu'il n'ait trop d'eau dans ses caves, J'ai eu un électrochoc. En fait, il est sorti de la cabine d'essayage transformé. Un jeune homme. Dans toute sa splendeur. Et beau avec ça! Un Dieu! Bon, ok, vous allez dire que c'est parce que c'est mon fils! Mais non, je vous assure! Il est magnifique! Tiens, même son papa le dit! Et que dire de ces jeunettes qui se retournent sur son passage...

Fini le temps où il m'entourait de ses petits bras pour me faire un gros bisou mouillé juste pour se dire à tantôt. Où il me faisait signe de la main jusqu'à la dernière minute. Où il me faisait de gros calins pour le genou écorché. (enfin, à sa décharge, il y a longtemps qu'il ne s'est plus blessé aux genoux. Et là, dernièrement, il n'aimait pas trop qu'on en parle... de sa blessure!!).

Il grandit. Trop vite à mon goût, vous l'aurez compris. Mais tout de même je suis et je serai toujours sa MAMAN! Et voila que le bougre se met à m'appeler Annick! Non mais, canaille! Je ne veux pas. Je ne répondrai que si tu dis maman! Autrement... je crois que je vais continuer à parler à mon petit lapin, à mon petit loulou, à faire des réflexions digne d'une caricature de mama italienne devant tes potes!

Alors, s'il te plait, dis maman! Car même quand je serai coincée dans un home pourri à écouter les minutes qui passent, tu seras toujours mon petit lapin!!

09:11 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/06/2010

Le mot qui fait mal!!

Avez-vous remarqué la facilité avec laquelle nos mots peuvent appuyer sur le point douloureux du moment? Un exemple. Une amie venait de se séparer de son ami. C'était une belle relation, ils vivaient ensemble. Mais il a rencontré une blonde... une vraie... mais là je m'égare... Bon, mon amie est toute déconfite, se voit vieille et sans histoire, avale péniblement sa douleur et les sanglots profonds qui l'accompagnent. Nous sommes deux à essayer de la consoler, de prendre du recul, de décrocher un sourire sur demain... Nous parlons l'une après l'autre, pire qu'un échange au tennis, où l'une tente de récupérer le coup de l'autre, mais parfois, oups, c'est pire!!

-L'une: " Allons ma belle, laisse couler tes larmes et dis nous tout ce qui te passe dans la tête."

-Belle: "Je veux mourir, il m'a encore dit qu'il m'aime. Là il y a deux jours."

-L'autre: "Ah bon! Il ne la connait que depuis deux jours!!?? T'cho, ça doit être un canon pour lui faire un effet pareil!

 

Je pense aussi à ce sportif qui s'était méchamment blessé aux parties les plus intimes de sa personne. Tout ce qu'on lui disait avait une conotation comment dire...  enfin, vulgairement dit... ça partait en couille!!

- "Ben mon gars, ça fout les boules un truc pareil!

- Et tu es au repos quelques jours??!! Ben je te plains, comme tu vas glander!

- Et ne te reposes pas trop, tu vas attraper des boules en-dessous des bras!

- Tu veux souper quoi? Je te fais des boulettes?

- T'cho! t'as de la chance, encore un peu et tu étais inscrit d'office à la chorale des anciens sportifs!

10:11 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

31/05/2010

Un médecin avec de grandes oreilles!

Non non non je ne fantasme pas sur Mickey! Je me demande juste si il existe encore des médecins qui se soucient de leurs patients. Déja, depuis quelques temps, ils les nomment des clients. Rien que ça, ça me fait mousser! Non mais, on ne vient pas pour demander un service ou acquérir un bien, on vient demander conseil et avis sur notre santé.

Tout commence dans la salle d'attente. Elle porte bien son nom. Quand les sièges sont confortables, on peut encore feuilleter allègrement les magazines dont les coins sont toujours mouillés par une multitude de doigts humides.

Puis vient le moment tant attendu. Voir, parfois, tant redouté car on s'est déja imaginé plein de diagnostics catastrophiques (merci internet et autres supports d'info!). Là, on a droit soit au classement du dossier du patient précedent, soit à un médecin plein d'attention qui nous désigne du menton la chaise qui lui fait face et lâche dans un soupir "qu'est ce qui vous amène?" "Oh ben rien, j'ai vu de la lumière et comme il pleut, je m'suis dit mettons nous au sec..." Ou alors, on déblatère le sujet de la consultation. Soit il nous écoute, pose les questions pertinantes, rédige un roman, et rythme l'échange de 'mmmh ". Soit, il a l'air absent, en plein rêves, nous fixe sans nous voir et nous prescrit son traitement clef du moment, celui qui lui permettra d'aller se relaxer au soleil, comme promis par le super commercial qui vient de passer et qui a retarder toutes les consults d'une demi-heure. Résultat, ce sont les patients, heu les clients qui sont taxés sur leur temps!

Enfin, avec ou sans examen, vient le moment de la révélation. En ce qui me concerne, je suis souvent déçue. Que l'on consulte pour un pied, une gorge rouge, une grosseur au sein, des hémorroïdes,... les toubibs oublient le principal. Autour de cette zone malade, il y a une personne. Une personne qui a une histoire, des ressentis, des désirs, des interrogations, des inquiétudes, ... qui a peur tout simplement. Et là, juste à côté de cette personne, il y a une famille, des habitudes quotidiennes, un boulot, des joies, des peines. Tout d'un coup, tout se résume à l'affection. Nous ne sommes plus porteur d'une affection, nous sommes l'affection. Si on ne comprend pas, si c'est grave et qu'on ne réalise pas toute ce discours d'intello, et bien tant pis, "pas le temps, il y a du monde dans la salle d'attente!"

Mais que leur a-t-on appris pendant leurs chères études???

En fait, il faut aller consulter celui qui a connu la maladie personnellement. Que ce soit lui ou quelqu'un de proche. Il aura du ouvrir les yeux et faire face au miroir. Et non pas se contenter d'observer la scène caché par le côté sans tain!

Etre proche des gens, savoir les écouter et les comprendre. Leur dire "je comprends , je vous comprends". S'impliquer et admettre que la personne est un tout et ne vient confier une partie d'elle en détresse. Fini le temps de dissection! Fini le temps où on prenait les gens de haut avec des discours qui ne sont pas plus compréhensibles qu'une messe en latin!

 

11:38 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/05/2010

Une paire de chaussures par mois!!??

Il y a un mois, nous avons acheté de nouvelles chaussures à nos princesses. Selon la météo, elles les ont portées ou ont opté pour des sandalettes. Il y a peu, nous avons constaté que les semelles en crêpe étaient trouées. En toute confiance, nous retournons au magasin pour les montrer. En toute colère rentrées aussi, on en avait eu pour 60 euros tout de même!

Après avoir examiné les chaussures, super gérante nous dit "hmmmm c'est de l'usure normale!" "Pardon?? après un mois? Où elles ne les ont pas portées tout les jours? De l'usure normale?"  "Ecoutez, je peux les renvoyer à la centrale mais je ne peux rien faire d'autre."  " Et mes filles portent quoi aux pieds en attendant??" Et là, moment suprême, elle nous montre du menton les rayons remplis de chaussures neuves aux semelles nickel!

Non mais! Je comprends que l'emblème du magasin soit un petit bonhomme qui saute de joie! 30x12 ça nous fait 360 euros de frais pédestres par personne! Oups cher le déplacement. On a contacté notre conseiller test achat et on attend une réaction du fournisseur.

11:14 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/05/2010

Petit encouragement pour le mois de juin

Dernière ligne droite. Encore un effort, de la méthode et du travail, de la volonté et du mérite, et le mois de juin passera comme une fleur.

Quand je repense au temps où j'étais l'étudiante qui révisait.... souvent avec la fenêtre grande ouverte... accompagnée par les chants des oiseaux ou le bruit des voisins qui profitaient de leur jardin... à rêver aux vacances chez ma grand-mère... deux mois...

Heu non! je voulais dire que j'étais appliquée, studieuse, organisée et que je travaillais... enfin, c'était le bon temps. Chez papa et maman. Avec mon frère, on avait décidé qu'on ferait une petite pause toutes les deux heures. Au début, c'était très respecté. Puis, on a tiré un peu sur l'élastique. Enfin, en ce qui concerne les pauses. On a jamais eu autant de choses à se dire qu'en période d'examens.

Je me souviens que j'étudiais plus facilement le matin et le soir. L'après-midi, je préparais des fiches et des résumés. Et le soir, j'ingurgitais tout cela très vite.

On sentait les parents stressés pour nous. Tout comme je le suis aujourd'hui pour les miens. Juste retour des choses en fait. Bon, je crois que je dois faire comme eux. Juste faire confiance et être là.

11:53 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Dormir dormir dormir

Quelle imagination! Flo, notre petite dernière, est très éveillée à tout ce qui l'entoure. Elle grandit très vite et sa complicité est remarquable avec sa soeur . Elles partagent la même chambre. Le moment du coucher est donc toujours emprunt de chuchotements et de fou rire à peine étouffés.

Au salon, les parents profitent de ce soi-disant calme pour surfer sur le net, faire du courrier, lire ou, tout simplement, regarder la télé. Moment souvent interrompu par des avertissements de sanctions aux deux loustics qui chantent et rient de plus en plus fort. Mais rien n'y fait. Il faut y aller. Et là surprise, quand on rentre dans la chambre, qui résonne encore d'éclats de rire, on trouve deux princesses assoupies. Comme tombées dans le sommeil sans s'en rendre compte. Happée en pleine action par le besoin de recharger les batteries.

Là, il faut vite quitter les lieux avant de voir un paupière se soulevée et d'entendre un cri de surprise qui risque fort d'éveiller l'autre comédienne. Leur jeu de faux-semblant est génial. On s'y fait tous prendre. Le calme est là. Tout le monde est las.

Et dire que ça recommence ce soir...

11:12 Écrit par Annick dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |